ITA - ENG - ESP - DEU - FRA - RUS - JAP - UA - KR - PL - USA - SI

La santé par l'alimentation

Une culture de la véritable santé ne peut faire abstraction d'une alimentation saine, équilibrée et naturelle qui, cependant, se doit d’être exempte des polluants les plus toxiques et, également, de contenir les précieuses plantes médicinales en mesure de l’aider à gérer ce qui est la véritables urgence sanitaire de notre monde moderne: les allergies et les intolérances. Approfondissons ce raisonnement.

Les intolérances alimentaires sont très fréquentes et peuvent se manifester de façon totalement inattendue. Alors qu’il est facile d’imaginer que la dermatite, le prurit et les épisodes gastro-intestinaux puissent être liés à l’alimentation, c’est beaucoup moins évident pour les otites, les cystites, les gingivites, les conjonctivites, les pancréatites ou l’arthrite. Les modes de manifestation de l’intolérance sont véritablement nombreux.

Pathologies fréquemment liées à l’alimentation

  • Larmoiement constant, rougeurs, conjonctivites aiguës et chroniques.
  • Pelage sec, rêche et opaque.
  • Pellicules, dépilation par plaques.
  • Odeur désagréable de la peau. 
  • Prurit constant dans des zones localisées.
  • Léchage des pattes.
  • Dermatites, sèches ou humides, sur le dos ou sur le ventre.
  • Dermatose du scrotum
  • Pyodermites
  • Eczéma du pavillon auriculaire
  • Otite chronique
  • Envie exagérée d’herbe
  • Vomissement alimentaire ou à jeun
  • Borborygmes et flatulences
  • Inflammation des poches annales
  • Diarrhée chronique

Que faire?

Habituellement, il suffit de remplacer les aliments à base de viande issue de l’élevage intensif (pratiquement tous) par des aliments à base de poisson de mer, biologiques ou à base de protéines provenant d’animaux élevés en pâturage, afin d’éliminer les polluants les plus toxiques et de voir disparaître une grande partie des problèmes décrits ci-dessus dans un laps de temps compris entre une et trois semaines.

Évidemment, les cas dus à des allergies et à d’autres causes demeureront, mais le pourcentage de réussite des modèles diététiques de SANYpet dépasse toutes les attentes.

Toutes les lignes FORZA10 sont élaborées suivant les principes énoncés ci-dessus

Quelle est la raison de tant de mauvaises réactions à la nourriture?

Un pourcentage très élevé de chiens et de chats présentent des pathologies liées à l’alimentation. Pourquoi?

En l’espace de quelques décennies, il est indiscutable que la durée de vie moyenne de l’Homme, mais également celle des animaux domestiques, a nettement augmenté. Nous savons que l’Homme a déjà une durée de vie moyenne de quatre-vingts ans, alors que le chien, dont la durée de vie moyenne était comprise, il y a vingt ans, entre huit et treize ans selon la race et la taille du chien (les grands chiens ont toujours vécu moins longtemps que les chiens de petite taille), atteint aujourd’hui facilement l’âge minimum de 12/13 ans et parvient à atteindre un âge maximum supérieur à vingt ans.

Cela est dû fondamentalement à un mode de vie sans privation ni manque de nourriture ainsi qu’aux vaccinations qui ont littéralement mis fin aux maladies infectieuses les plus graves. De plus, les antiparasitaires actuels ont une efficacité sans pareil et parviennent à tenir sous contrôle la plus grande partie des parasitoses les plus redoutables.

Toutefois, deux nouvelles urgences nous menacent tous et ce n’est qu’en parvenant à les éviter que nos amis à 4 pattes et nous-mêmes atteindrons l’âge moyen enviable actuel.

La première est la pollution.

Comme on peut l’imager, le responsable de tout ceci est toujours l’Homme. Il est souvent inconscient de sa capacité à altérer les cycles naturels et les lois qui, depuis toujours, sous-tendent la vie sur notre planète. L’équilibre biologique s’est maintenu sur notre planète jusqu’à ce que l’Homme commence à le forcer pour assurer à l’impérieuse augmentation de la population mondiale la nourriture nécessaire et pour donner à chacun un niveau de vie absolument incompatible avec la viabilité environnementale.

L’utilisation d’engrais, d’antiparasitaires, d’anticryptogamiques, de fongicides, de désinfectants, d’antibiotiques, d’hormones, d’acides et de tout l’équipement chimique qui a été inventé afin de plier l’environnement et les animaux d’élevage à nos besoins, a tout pollué et a profondément altéré la biologie terrestre. Sur les terrains cultivés, l’humus, le substrat de la microflore et de la microfaune nécessaire à la fertilité du terrain a été détruit, et le seul moyen pour produire les quantités qu’impose la croissance continue de la population est l’utilisation d’engrais chimiques, associés à d’énormes doses d’herbicides et d’antiparasitaires. Il n’y a pas de plante ou d’animal qui ne soit infesté de parasites toujours plus difficiles à détruire. Il suffit d’entrer dans une coopérative agricole ou dans une jardinerie pour être stupéfiés par l’impressionnant étalage de poisons disponibles dans le commerce.

La seconde urgence est l’augmentation de la carence totale en Oméga-3 à la fois chez l’homme et chez nos amis à 4 pattes. Pourquoi? Pour changer, la responsabilité en incombe encore à l’Homme qui, toujours en vue d’augmenter la productivité de l’élevage, a interrompu le cycle de l’herbe, seul aliment (en plus du lin et du chanvre, qui ne sont pratiquement plus utilisés à l’heure actuelle) pour les animaux terrestres riche en Oméga-3, en le remplaçant par les ensilages de maïs, riches en Oméga-6. Ce faisant, il a complètement bouleversé l’équilibre naturel et à créé les conditions favorables à l’apparition de nouveaux processus inflammatoires incessants. En effet, les Oméga-3 possèdent un pouvoir anti-inflammatoire alors que les Oméga-6 possèdent le pouvoir exactement inverse, créant ainsi les bases pour des inflammations chroniques ubiquistes. Ainsi, si les herbivores mangent de l’herbe, leur lait, leur viande, leurs fromages et leurs œufs seront riches en Oméga-3. S’ils mangent du maïs, caractérisé par la présence exclusive d’Oméga-6, ils seront saturés d’Oméga-6. Cependant, les Oméga-6 sont indispensables et utiles, mais uniquement si le rapport entre Oméga-3 et Oméga-6 est équilibré.

Ce qui est valable pour l’Homme l’est aussi pour les chiens et les chats. En effet, les aliments utilisés dans le monde de l’alimentation pour animaux de compagnie sont à base d’une céréale (riz, blé ou maïs, exclusivement riches en Oméga-6), de farines de viande et de graisses animales, pratiquement exemptes d’Oméga-3. Autant dire que la présence de processus inflammatoires chroniques est pratiquement garantie.

Les seules solutions applicables dans le monde des aliments pour animaux de compagnie sont l’utilisation du poisson de mer et de l’huile de poisson ou les aliments biologiques, seules sources alimentaires en mesure de contrecarrer le déséquilibre créé par l’utilisation des céréales.

En effet, le poisson de mer et l’huile de poisson sont particulièrement riches en Oméga-3, alors que les aliments biologiques pour chiens et chats en contiennent suffisamment grâce aux farines provenant d'animaux élevés en pâturage, c'est-à-dire avec de l'herbe.

Allergies et intolérances alimentaires

Les allergies et les intolérances alimentaires sont donc en constante augmentation chez l’Homme tout comme chez les chiens et les chats. Il est donc logique de se demander comment y remédier. Bien qu’il n’existe pas de preuves scientifiques tangibles, nous avons vu que cette cause est étroitement liée à l’énorme augmentation des polluants (xénobiotiques) présents dans l’environnement et dans la chaîne alimentaire. Si nous prenons comme exemple l’ours polaire, nous découvrons que cet animal, qui vit dans un environnement que l’on croirait exempt de toute pollution, est le plus contaminé, avec des conséquences lourdes spécialement sur la fertilité. Son degré de contamination s’explique par la chaîne alimentaire: l’ours se nourrit de poissons et de phoques, qui se nourrissent à leur tour de poissons toujours plus petits, qui se nourrissent d’algues et de plancton. Toute la chaîne est en contact avec les substances les plus diverses qui ont été acheminées dans la mer par les fleuves des pays les plus industrialisés.

Le problème se pose, de façon encore plus inquiétante, chez les animaux terrestres. Dans ce cas, la chaîne alimentaire entraîne une accumulation directe de substances chimiques et pharmaceutiques qui, normalement, ne se décomposent pas. En effet, alors que la pollution marine est liée à des facteurs indirects (le contact fortuit avec des substances toxiques présentes dans l’océan), la pollution terrestre est directe car elle est liée à l’administration et à l’utilisation, souvent quotidienne mais dans le respect des lois en vigueur, de molécules pharmaceutiques et chimiques chez tous les animaux issus de l’élevage intensif.

L’introduction de polluants dans l’organisme (antibiotiques, hormones, produits phytosanitaires, antiparasitaires, anticryptogamiques, métaux lourds, mélamine, dioxine, polychlorobiphényles, nitrites, nitrates, etc.) se produit également par l’air et par l’eau, mais le véhicule fondamental est l’alimentation.

La chaîne alimentaire est le principal vecteur des résidus d’un nombre impressionnant de tonnes de produits chimiques de synthèse, utilisés spécialement dans l’industrie, dans l’agriculture et dans l’élevage intensif. Hélas, les quantités émises dans l’environnement chaque année s’additionnent, entraînant une pollution chimique et pharmaceutique impressionnante de toute la planète. 

Si on considère qu’avant la seconde guerre mondiale, la production mondiale de produits chimiques était environ d’un million de tonnes, alors qu'elle atteint aujourd'hui approximativement 500 millions de tonnes, on peut avoir une explication claire et précise de l’explosion du nombre des intolérances et des allergies.

Ceux qui ont vécu leur enfance dans l’après-guerre peuvent confirmer qu’à cette époque, les intolérances alimentaires n’existaient pas et que les allergies étaient beaucoup moins fréquentes. De plus, l’apparition d’allergies se produisait exclusivement lors de la petite enfance ou lors de l’adolescence. De nos jours, les intolérances et les allergies apparaissent à tout âge, et il n'est pas rare de rencontrer l’apparition inopinée de ces phénomènes même chez des personnes âgées de 70 ou 80 ans et chez des chiens ou des chats âgés de 10 ans, 12 ans ou plus.

L’explication semble évidente: chaque individu a une capacité spécifique d’«absorption» de ces poisons. Lorsque cette capacité est dépassée, les allergies et/ou les intolérances, véritable fléau de notre époque, font leur apparition.

SANYpet, a pour mission de rétablir les principes de l’alimentation selon les préceptes de mère Nature. Ainsi, on pourra observer une nette amélioration de l’état de santé de tous les chiens et les chats, immédiatement visible par un extraordinaire changement de l’état du pelage.

 

Faites confiance à FORZA10!